Alopécie de la femme

Un déficit en fer, tel qu’il peut se voir en cas de règles abondantes, peut être responsable d’une perte de cheveux.
Des problèmes liés à la Thyroïde peuvent également engendrer une perte de densité capillaire, du fait d'un déséquilibre hormonal.
 
Alopécie androgénétique chez la femme avant la ménopause
L’alopécie androgénétique correspond à une chute progressive et définitive des cheveux. Sa cause en est, en partie, héréditaire. Le rôle des androgènes n’est cependant pas clairement établi, le dosage de ces derniers étant fréquemment normal, même si la présence d’une hyperandrogénie est associée avec une alopécie. L’alopécie est définitive.
 
L’alopécie après la ménopause
Il s’agit de la plus fréquente cause de la calvitie chez la femme. Elle survient plus souvent, comme son nom l’indique, après la ménopause, car le rôle protecteur des hormones féminines a disparu. Le cheveu devient donc plus fragile, sa durée de vie diminue et une alopécie définitive finit par apparaître.
Sur le plan topographique, la calvitie d’origine androgénique chez la femme est toujours diffuse, respecte toujours une partie du capital capillaire (les zones ne se dégarnissent pas totalement). Elle atteint la partie centrale des cheveux au niveau du sommet du crane.(voir classification de Ludwig).
 
On observe une croissance des cas de calvities féminines. C'est une situation extrêmement complexante pour les femmes atteintes. La Tricopigmentation® peut aider à dissimuler la clarté et donc visibilité du cuir chevelu dans la zone dégarnie en créant un effet optique d'ombrage.
Il faut bien être consciente que la dermopigmentation ne donnera pas plus de volume ou de densité réelle de cheveux au toucher.
 
Classification de Ludwig chez la femme